Une Gay-Pride « France-Profonde » ?

L’affiche officielle de la Marche des fiertés parisienne n’a été dévoilée que Dimanche et déjà, des centaines de personnes ont clairement exprimé leur desapprobation sur un gorupe facebook : « L’affiche officielle de la Marche des Fiertés parisienne 2011 est infecte ».

En cause, la multitude de symboles français, trop connotés Marine Le pen ou Pétain. On y voit un coq blanc avec un boa rouge sur un fond bleu. Un message très « français ». Le slogan de cette marche est :  « Pour l’égalité, en 2011, je marche. En 2012, je vote ». Soit.

Il me semble idiot de rapprocher cette affiche à la popularité de Marine Le pen, car contrairement à ses homologues européens, cette nouvelle extrème droite que Marine Le pen essaye de construire demeurent toujours hostile aux droits des homos et aux homosexuels eux-même. De plus, faire l’amalgame entre symbole français et extrême droite est dangereux pour tous. L’extrême droite ne doit pas avoir le monopole du bleu blanc rouge.

En revanche, lorsque je lis sur le groupe Facebook opposé à cette affiche : « De quelle république s’agit-il? De celle qui nous refuse obstinément les mêmes droits qu’à touTEs? De celle qui expulse les sans-papiers malades? De celle qui persécute les putes? Qui laisse crever les prisonniers? Qui traque les usagers de drogue ? » , je ne peux qu’approuver. Nous sommes des citoyens de seconde classe. On ne peut pas se retrouver dans les idéaux de cette République. Liberté, égalité, fraternité, et mon cul, c’est du poulet. Cette République, dont cette affiche semble faire l’éloge n’est pas une république. Pour preuve, c’est cette Marine Lepen qui veut la sauvegarder.

Il est étonnant de la part de l’Inter-LGBT d’avoir laissé une telle affiche passer, connaissant le militantisme et les idées politiques de certains groupe LGBT (anarchiste, féministe, etc). Cette affiche ne pouvait que provoquer.

Et vous qu’en pensez vous ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.