Un caprice des astres…?

On est parfois surpris des origines idéologiques de certaines littératures, au vu de ce que ces dernières peuvent représenter actuellement. C’est le cas du magazine ELLE, à l’origine davantage féministe en comparaison à ce que certains de ses articles peuvent prôner aujourd’hui. On peut effectivement aisément observer que désormais, ces pages conseillent d’ordinaire et pour résumer « comment plaire aux hommes » ou encore « comment bien faire la cuisine »…

Pourtant, le slogan de départ de la fondation d’entreprise ELLE (et il est encore revendiqué aujourd’hui) est le suivant : « Pour accompagner l’évolution et la place des femmes dans la société et promouvoir leur émancipation par l’éducation, la formation et l’information. ». Étrangement, on ne perçoit que très peu cette volonté féministe. L’hétérosexualité y est d’ailleurs omniprésente et l’homosexualité ou autres formes de sexualités, encore traitées comme des minorités à éviter.

Pour preuve, lorsque le site Elle.fr se lance dans l’astrologie, ça peut donner ça notamment au sujet de la femme Scorpion : « Certains soupçonnent la femme Scorpion d’avoir des tendances lesbiennes en la voyant rechercher activement la compagnie des autres femmes. Ce soupçon est injustifié car la sexualité de la native est parfaitement normale. ». Ben voyons !! Autant dire « N’ayez craintes, femmes Scorpion, vous pouvez encore y échapper ! ». L’article a donc été retouché après que le site Yagg.com a dénoncé le manque d’ouverture d’esprit de cet horoscope. Toutefois, de vilaines petites inepties subsistent : « La femme Scorpion peut être intéressante (…), mais les hommes ne la trouvent pas assez « femelle » (…). Le Scorpion au féminin est résolument féministe (…), s’occupe décemment de ses enfants à condition qu’ils soient beaux, intelligents et dynamiques. ».

De quoi alimenter les représentations sociales au sujet des lesbiennes !!… Toutes Scorpion ?? Héhé…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.