L’IDAHO interpelle le gouvernement et les autorités religieuses


A un mois de la Journée Mondiale contre l’Homophobie (le 17 mai), le comité IDAHO interpelle les autorités religieuses et le gouvernement français dans une lettre ouverte :

La Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie sera célébrée le 17 mai prochain, dans plus de 70 pays. Lancée par le Comité IDAHO, elle permet de faire avancer la cause des droits humains, en France et dans le monde.

Comme chaque année, mais de plus en plus, des initiatives de grande ampleur auront lieu. Le 17 mai, à l’occasion de la Journée IDAHO et de la sortie de son nouvel album, Lady Gaga sera rédactrice en chef du quotidien Métro dans les vingt éditions nationales du journal gratuit, pour mettre en valeur les thématiques qui nous sont chères. Une exposition, Walk with Pride, sera diffusée dans de nombreuses villes du monde, et notamment au Parlement européen. Les autres initiatives prévues au niveau national et international seront annoncées au fur et à mesure sur le site international, idahomophobia.org, et sur le nouveau site IDAHO France, que nous lançons en ce jour : http://idahofrance.fr/

Cette année encore, avec les partenaires de la campagne IDAHO religion, le Comité IDAHO interpelle les autorités religieuses, en France et dans le monde, en leur demandant de condamner l’homophobie et la transphobie. Que l’on soit chrétien, juif, musulman, bouddhiste ou de quelque autre religion que ce soit, on ne saurait tolérer l’intolérable. La violence doit être condamnée sous toutes ses formes. Le silence n’est plus possible. Le Comité IDAHO demande donc aux autorités religieuses de poursuivre les engagements pris l’an dernier à l’Assemblée nationale.

Mais cette année, le Comité IDAHO interpelle aussi le gouvernement français, qui a reconnu la Journée officiellement, et qui doit poursuivre son engagement. Tous les ministères sont concernés. En premier lieu, le ministère des affaires étrangères. Celui-ci a soutenu l’appel du Comité IDAHO en 2006 « pour une dépénalisation universelle de l’homosexualité », et a porté une déclaration historique à l’Assemblée générale des Nations Unies en décembre 2008. Mais il convient d’aller au-delà, en proposant cette fois une résolution, c’est-à-dire un texte plus contraignant. Ce serait une avancée majeure dans le combat universel pour la liberté.

Les autres ministères doivent également avancer. Notamment l’intérieur, la justice, l’éducation nationale, l’enseignement supérieur, la santé, la culture, les sports, le travail, la politique de la ville, la cohésion sociale, la formation continue, la jeunesse, etc. La lutte contre l’homophobie et la transphobie étant l’affaire de tous, tous doivent prendre des mesures significatives en ce sens. Certains sont déjà assez avancés, comme le ministère des sports, qui poursuit activement le plan initié l’an dernier par Rama Yade, à l’occasion de l’IDAHO. Mais d’autres traînent un peu les pieds. Pour nous, le message est clair, nous n’avons plus le temps d’attendre. A la veille de l’élection présidentielle, nous demandons des résultats…

Espérons que cet appel sera entendu !

http://www.dayagainsthomophobia.org/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.