L’homosexualité cause-t-elle le cancer ?

Les hommes homosexuels sont deux fois plus susceptibles d’avoir un cancer que les hommes qui ne le sont pas, probablement à cause de la forte prévalence du cancer de l’anus et du VIH / SIDA chez les homosexuels homme, selon une étude publiée aujourd’hui en Californie.

L’étude, publiée dans la revue Cancer, a examiné la prévalence du cancer chez les hommes et les femmes selon leur orientation seuxelle et a ensuite comparé la santé des survivants du cancer.
L’étude était basée sur les données d’un questionnaire d’auto-déclaration. Plus de 120.000 personnes y ont participé dans l’État de Californie au cours de 2001, 2003 et 2005. C’est la plus grande enquête du genre aux États-Unis.

Parmi les personnes interrogées, 1.493 hommes se sont déclarés homosexuels et 3.690 hommes ont déclaré un diagnostic de cancer. Les hommes homosexuels étaient 1,9 fois plus susceptibles que les autres hommes d’avoir un cancer et ont été diagnostiqués avec un cancer en moyenne dix ans plus tôt que les autres hommes.

« La prévalence plus élevée du cancer chez les hommes homosexuels peut être causée par un taux plus élevé de cancer de l’anus, comme suggéré par des études antérieures qui soulignent un excès de risque de cancer de l’anus » dit l’étude.
On sait que VIH et le SIDA sont liés à une série de cancers dont le sarcome de Kaposi et le lymphome non hodgkinien ainsi que l’anus, du poumon, cancer du testicule et du lymphome de Hodgkin. Il semblerait qu’ils soient même plus fréquents pour les séropostifs homosexuels qu’hétérosexuels
Cependant,  en interrogeant les «survivants», l’enquête ne donne pas une représentation réelle des cas de cancer étant donné que certains patients seraient morts ou auraient été trop malade pour le rapport.
L’étude se conclue par la nécéssité de créer des campagnes spécifiques de dépistages précoce pour les homosexuels.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.