Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/39/d461905605/htdocs/everygay.fr/wp-content/plugins/contactme/contactmedotcom.php on line 30
La France est-elle gayphobe, biphobe, lesbophobe et transphobe ?

La France est-elle gayphobe, biphobe, lesbophobe et transphobe ?

La France est le pays des droits de l’Homme. Des droits de l’Homme 100% hétérosexuel, pourrait-on ajouter. En effet, homosexualité et transidentité n’y sont pas acceptées, mais uniquement tolérées.

D’ailleurs, depuis quelques années, l’opinion publique constate de nombreuses dérives de la part de la France. Une ancienne ministre a même tenté de ficher les homos et trans dans des fichiers de police.

Une législation répressive.

Interdiction de se marier « parce que le mariage ça doit être un homme et une femme », selon le président de la République.

Difficultés d’adopter « dans l’intérêt de l’enfant », d’après des médecins.

Interdiction de don du sang aux gays et bisexuels masculins « en raison d’une directive européenne », selon le ministère de la santé. Toutefois, la Commission européenne a contredit cette position.

Discriminations lors de dépôts de plaintes.

Comme le dénonce l’association SOS homophobie, pour saisir la justice pénale, les victimes d’homophobie sont moins bien considérées que celles de racisme. Par exemples :

Impossibilité de déposer plainte pour injure publique à raison de l’orientation sexuelle, si un délai de 3 mois s’est écoulé. Alors que pour l’injure raciale publique, le délai est d’un an.

Impossibilité de déposer plainte pour diffamation publique à raison de l’orientation sexuelle, si un délai de 3 mois s’est écoulé. Pour la diffamation raciale publique, le délai est d’un an.

Impossibilité de déposer plainte pour provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à raison de l’orientation sexuelle, si un délai de 3 mois s’est écoulé. Concernant la provocation publique à la discrimination, à la haine, à la violence raciale ou religieuse, le délai est d’un an.

Transphobie intolérable.

Les trans subissent davantage d’injustices.

Pour changer de sexe, ils doivent consulter plusieurs psychiatres, subir de nombreuses expertises médicales humiliantes à leurs frais, et doivent se faire stériliser.

Par ailleurs, ceux dont la vie est en danger chez eux ne peuvent pas demander l’asile pour transphobie. En effet, la transphobie n’existe pas en droit français.

La fin des dérives d’Etat ?

Face à ces situations, de nombreuses associations et personnalités se mobilisent. Et grâce à leur travail remarquable, les mentalités évoluent dans le bon sens. Par ailleurs, il est fort probable que dès 2012, un nouveau Gouvernement mette un terme à toutes ces dérives.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.