Dimanche Histoire : La Libération

Everygay lance sa première chronique : la situation des gays et lesbiennes en France de 1945 à 1981. Cette période, difficile pour les homos, est très méconnue. Entre pressions sociales et interdictions penales, il est difficile aujourd’hui d’appréhender réellement comment les homosexuel-le-s ont vécu en France durant ces années troubles. C’est pourquoi nous vous proposons de lire chaque dimanche un article sur le sujet.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, la répression homosexuelle connu son apogée. Au même titre que les juifs ou les tziganes, les homosexuels de l’Europe entière fut recensés ou déporté, marqués d’un triangle rose sur leur vêtements. La France de Vichy a une participation active dans cette répression. Elle se nourrit des fichiers de la police nationale pour recenser les homo et les livrer aux Allemands. Le 6 août 1942, le maréchal Petain signe une ordonnance permettant d’emprisonner toute personne commettant des actes impudiques et contre-natures avec un individu du même sexe. Cette loi vichyste anti-homosexuelle sera maintenu avec quelques variantes durant 40 ans.


La libération ne met pas un terme au tourment des homosexuel : dès le 8 février de 1945, le gouvernement provisoire d’Alger remet à son compte la loi de Petain, considérant que la position anti-homosexuels de Vichy, ne saurait en son principe, appeler aucune critique. De Gaulle signe donc l’ordonnance qui deviendra l’article 331 alinéa 3 du code pénal, stipulant que sera puni d’un emprisonnement de 6 moi à 3 ans et d’une amende de 200 à 50 000 francs quiconque aura commis un acte impudique ou contre-nature avec un individu de son sexe. Par ailleurs, une ordonnance du 2 juillet 1945, fixe la majorité hétérosexuelle à 15 ans et la majorité homosexuelle à 21 ans. Plus que jamais, la norme est hétérosexuelle. tout s’organise autour du couple destiné à procréer et fonder une famille : la France entre dans sa période de reconstruction.

 

Vous pourrez retrouver les autres articles de cette chronique dès la semaine prochaine en suivant ce tag.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*



Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.